Quelques astuces pour optimiser la fiscalité d’une entreprise

Aujourd’hui, force est de constater que plusieurs sociétés se plaignent de toutes les charges fiscales et sociales qui leur sont imposées. Cela est dû au fait que le montant des cotisations sociales pèse sur les finances les entreprises. De plus, l’impôt sur les sociétés reste particulièrement élevé. Quelles sont alors les astuces à prendre en compte pour optimiser la fiscalité d’une entreprise ?

L’optimisation de la déduction des charges courantes

Concernant l’impôt sur les sociétés, la quasi-totalité des charges qui entrent dans l’intérêt de l’entreprise peut être déduite. Cela ne concerne pas particulièrement les dépenses somptuaires et toutes autres exceptions prévues par la loi. Il peut s’agir par exemple de l’achat de résidence ou de dépenses de chasse. Vous aurez plus d’informations sur ce site internet.

A lire aussi : Quelle est la différence entre une SAS et une SARL ?

Aujourd’hui, force est de constater que plusieurs dirigeants d’entreprises ne connaissent absolument pas les charges pouvant être déductibles de leurs résultats. C’est précisément l’une des raisons pour lesquelles la majorité d’entre eux ne parviennent pas à optimiser leur situation fiscale. Pourtant, les entreprises ont parfaitement le droit de déduire un large éventail de dépenses telles que :

  • Les frais informatiques ;
  • Les frais de représentation ;
  • Les frais de documentation ;
  • Les rémunérations versées aussi bien aux salariés qu’aux dirigeants ;
  • Les fournitures diverses et variées ;
  • Le recours à un prestataire extérieur ;
  • Le loyer des locaux professionnels ;
  • Etc.

Voilà autant de charges pouvant être déduites du résultat net pour optimiser l’imposition de son entreprise. Par ailleurs, le législateur a donné plusieurs méthodes de prise en considération de charges. À titre législatif, il existe un barème spécifique qui devra être respecté à la lettre par les comptables des entreprises. La meilleure solution serait de tout mettre en œuvre afin de dénicher la méthode la plus avantageuse, même si elle peut être complexe à utiliser.

A voir aussi : Quelle approche choisir pour votre entreprise : marketing numérique ou traditionnel ?

La maximisation de la déduction des charges financières

Le fait de maximiser la déduction des charges financières est considéré comme un levier d’optimisation fiscale qu’il ne faut surtout pas négliger. Aujourd’hui, plusieurs entreprises mettent tout en place afin d’en utiliser. En effet, le comptable met tout en place afin de minorer le résultat imposable. Pour ce faire, il y déduit tous les intérêts des emprunts souscrits auprès des établissements créanciers. Il en est de même pour les investissements apportés comme l’acquisition de titres d’une société cible.

Par ailleurs, sachez que la déductibilité des frais financiers est particulièrement limitée. En effet, toute charge financière nette supportée par une entreprise soumise à l’impôt sur les sociétés n’est déductible qu’à hauteur de 75%. Cela s’applique uniquement à toutes les charges dont le montant excède les 3000000 d’euros. 

Bien gérer les déficits

Les entreprises qui désirent optimiser leur fiscalité peuvent miser sur la bonne gestion des déficits. En effet, une réduction de l’impôt sur les sociétés peut être envisagée en se référant à un stockage très important de déficit. Face à une telle situation, l’impôt sur les sociétés peut ne pas être payé pendant plusieurs années. Cela est possible puisque les entreprises sont capables de reporter les déficits en avant sur les bénéfices futurs sans aucune limitation de temps. À ce niveau, le report peut être effectué sur un exercice bénéficiaire plafonné à 1000000 d’euros. Toutefois, un ajout de 50 % de bénéfice peut être réalisé lorsque les déficits excèdent ce montant.

Prenez par exemple une entreprise qui réalise 5000000 de bénéfices. Le montant concernant le déficit imputable sera calculé comme suit : 1000000 + (4000000 x 50%) = 3000000 euros. Les entreprises ont également la capacité de reporter le déficit sur le bénéfice de l’année précédente. Toutefois, cela ne peut être fait qu’à hauteur de 1000000 d’euros. Il s’agit là d’un moyen efficace pour faire naître une créance sur le trésor. Cette pratique est connue sous le nom de système du carry back.

Opter pour l’exonération sur l’impôt sur sociétés

Les entreprises peuvent parfaitement miser sur les exonérations d’impôt sur les sociétés pour bénéficier d’une meilleure optimisation fiscale. À ce niveau, il en existe de 2 types à savoir : 

  • Les exonérations relatives à certains revenus ;
  • Les exonérations relatives à certaines entités.

Dans l’impôt sur les sociétés, certains revenus peuvent être exonérés de manière express. À titre illustratif, c’est le cas des plus-values sur les titres de participation. Il en est de même pour les produits de participation. Voilà l’une des raisons pour lesquelles certains dividendes versés à la société mère peuvent être exonérés d’impôts sur les sociétés. Toutefois, cela ne peut être réalisé qu’après avoir réintégré une courte part des frais et charges évalués à 5 %. Pour bénéficier de tous ces avantages fiscaux, les entreprises doivent tout mettre en œuvre afin de respecter certaines conditions strictes. 

A lire également